You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

Les Ateliers Gaité s'engagent en faveur de la transition énergétique

Un centre commercial est un bâtiment « exothermique », c’est-à-dire qu’il dégage de la chaleur par son fonctionnement, même en hiver.

Si cette chaleur produite est simplement évacuée sans être réutilisée, on parle de « chaleur fatale ».


La restructuration de l’îlot Gaité permet de repenser totalement les éléments de production et de distribution d’énergie au niveau de l’ensemble immobilier afin d’utiliser cette chaleur plutôt que d’évacuer vers l’extérieur les calories dégagées par le centre commercial.
Dans les Ateliers Gaîté, la chaleur fatale se traduit par de l’eau chaude basse température, oscillant entre 20 et 45°C en fonction des périodes de la journée. Cette gamme de température constitue une source de chaleur primaire simple à utiliser et à transformer.
Pour cela, une boucle d’eau tempérée commune à plusieurs entités est prévue dans le projet de restructuration, et reliera le centre commercial, l’immeuble de bureaux et l’hôtel.

Dans le centre commercial, les enseignes connectent des pompes à chaleur sur la boucle d’eau créée. La fonction de cette boucle est à la fois de fournir aux enseignes l’énergie nécessaire pour faire fonctionner leur système de climatisation, puis de récupérer la chaleur produite par le fonctionnement de leurs pompes à chaleur.

Au lieu d’évacuer cette chaleur fatale, celle-ci sera revalorisée afin de fournir l’eau chaude sanitaire de l’hôtel (chauffage de l’eau pour les douches), et de chauffer l’immeuble de bureaux en hiver.
Un système de stockage de la chaleur d’environ 150 m3 sera mis en place afin de lisser les pics de consommation, et de faire coïncider au maximum les pics de chaleur fatale du centre commercial avec les pics de besoins chauds de l’hôtel et des bureaux.

L’ensemble devient un système auto-adaptatif.

Pour cela, une GTB (gestion technique du bâtiment) est connectée à chaque entité reliée à cette boucle d’eau commune. Elle optimise le pilotage des différentes installations en tenant compte de la météo (sur un ou plusieurs jours) et des appels de puissance (instantanées voire à venir).
Cette optimisation des échanges d’énergie, et en particulier le fait de stocker une partie de la chaleur fatale pour pouvoir maximiser sa réutilisation, a fait l’objet d’un appel à subvention auprès de l’ADEME – l’agence de la transition écologique -, qui gère un « Fonds Chaleur » depuis 2009 afin de participer au développement de la production renouvelable de chaleur.

Forte de ses connaissances techniques, d’un réseau d’acteurs professionnels, d’outils techniques et administratifs et d’un retour d’expérience conséquent, l’ADEME apporte un conseil de qualité aux acteurs et les oriente vers les choix les plus pertinents. Elle soutient ce projet dans ses différentes phases, de la conception à la réalisation, aussi bien d’un point de vue technique que financier.